En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt et nous permettre d'analyser notre trafic. A l’aide de cookies, les régies publicitaires présentes sur les pages de notre site partagent également des informations sur l'utilisation de notre site avec leurs propres partenaires. En savoir plus
Suivez l’actualité de la création d’entreprise en recevant gratuitement, deux fois par mois la lettre de l'Agence pour la création d’entreprises
Vous êtes déjà inscrit sur le site de l'APCE,
Pour vous abonner à notre lettre d'information
saisissez votre mot de passe et cliquez sur valider
Valider
Non merci je suis déjà abonné(e) Oui je m'abonne

Mon compteDe quoi s'agit-il?

Publicité

SEL

SEL  
Envoyer à un amiAjouter à ma malletteImprimerVersion PDF

Les sociétés d'exercice libéral (SEL) ont été créées pour permettre aux membres des professions libérales d'exercer leur activité sous forme de sociétés de capitaux. Elles prennent les formes suivantes :

SELARL : société d'exercice libéral à responsabilité limitée,
SELAFA : société d'exercice libéral à forme anonyme,
SELAS : société d'exercice libéral par actions simplifiée,
SELCA : société d'exercice libéral en commandite par actions.

Les SEL sont soumises à toutes les dispositions prévues par la loi du 24 juillet 1966 sur les sociétés commerciales, sauf dispositions spéciales prévues par la loi du 31 décembre 1990 qui les a instituées.
Les décrets d'application concernant chaque profession libérale prévoient des spécificités propres à chaque activité. Il est recommandé de se rapprocher des organismes compétents dans la branche professionnelle concernée pour les connaître.

La création d'une SEL entraine la publication d'une annonce dans un journal d'annonces légales.
C'est une démarche que l'on peut réaliser en ligne avec notre partenaire www.annonces-legales.fr
Publier une annonce légale de société d'exercice libéral


  Professions libérales concernées

Seules les professions libérales soumises à un statut législatif ou réglementaire, ou dont le titre est protégé, et pour lesquelles un décret d'application a été publié, peuvent constituer une SEL :

les administrateurs judiciaires

les sages-femmes

les architectes

les greffiers des tribunaux de commerce

les avocats

les huissiers de justice

 les chirurgiens-dentistes

les mandataires judiciaires à la liquidation

 les commissaires aux comptes

des entreprises

 les commissaires-priseurs judiciaires

les médecins

 les conseils en propriété industrielle

les notaires

les géomètres-experts

les pharmaciens d'officines

 les directeurs et directeurs-adjoints de

les professions paramédicales (infirmier,

laboratoire d'analyses  de biologie médicale

masseur-kinésithérapeute, pédicure-

 triangle.gif les experts-comptables

pédologue, orthophoniste, orthoptiste,

 les experts agricoles et fonciers et

diététicien, psychomotricien)

lesexperts forestiers

triangle.gif les vétérinaires

Il n'est pas actuellement possible de constituer une SEL pluridisciplinaire.


  Associés

On distingue trois types d'associés :

  Les associés exerçant leur profession au sein de la société qui doivent détenir, directement ou par l'intermédiaire d'une société ayant procédé au rachat de l'entreprise par ses salariés, plus de la moitié du capital social et des droits de vote.

nouveau.gif La loi du 6 août 2015 assouplit ces conditions afin de permettre le développement des Sel. Ainsi, la majorité des droits de vote et du capital peut désormais être détenue par :
- une personne physique ou morale exerçant la même profession que la société sans qu'il soit besoin qu'elle exerce cette profession au sein de ladite société,
- un professionnel établi dans un autre État de l'union européenne ou de l'espace économique européen ou en Suisse.
De plus, dans les Sel officiant dans la santé, plus de la moitié du capital et non pas des droits de vote peut être détenue par des personnes exerçant la profession de la société.
Par ailleurs, dans les Sel ayant pour objet une profession juridique ou judiciaire, plus de la moitié du capital et des droits de vote peut aussi être détenue par l'une des personnes exerçant une des professions juridiques ou judiciaires (avocat, notaire, huissier de justice, mandataire judiciaire, etc.) ne correspondant pas à l'activité de la société.

  Les professionnels extérieurs à la société.

  Les tiers non professionnels (personnes physiques ou morales) : le plafond de leur participation est fixé par décret en Conseil d'Etat pour chaque profession.


  Engagement financier

Le montant du capital social est fonction de la structure juridique commerciale retenue.
Il ne peut donc être inférieur à
37 000 euros pour une SELAFA ou une SELCA ; il est librement fixé par les statuts dans la SELARL et la SELAS.
Les apports en numéraire peuvent être libérés dans les mêmes conditions que les sociétés commerciales classiques.
A noter : les apports en industrie sont possibles dans les SELARL.


  Fonctionnement

Dans les SELARL, le gérant doit être choisi parmi les associés exerçant leur profession libérale au sein de la société.

Dans les SEFAFA, SELAS, SELCA, le président (de la SELAS ou du conseil d'administration ou de surveillance), les membres du directoire, les directeurs généraux et les 2/3 au moins des membres du conseil de surveillance ou du conseil d'administration doivent être des associés exerçant leur profession au sein de la société.


  Régime fiscal (société)

Les règles relatives aux sociétés commerciales s'appliquent.
Les SEL sont soumises à l'IS, sauf la SELARL, soumise à l'IR mais elle peut opter pour l'IS.
Le résultat fiscal est déterminé d'après les règles applicables aux BIC (créances acquises et dépenses engagées),  malgré l'objet civil des SEL.

 1 | 2  Suivant >

Sites thématiques :  

Entreprises des quartiers   Elles entreprennent  
© Agence Pour la Création d'Entreprises (APCE)