Les crédits bancaires à court terme

Les crédits bancaires à court terme  
Envoyer à un ami Ajouter à ma mallette Imprimer Version PDF Diminuer la taille de texte Augmenter la taille de texte


Les crédits bancaires à court terme ont pour objet d'assurer l'équilibre de la trésorerie de l'entreprise.
Ils servent, par exemple, à couvrir un temps de stockage, un délai de fabrication ou un délai de paiement consenti aux clients et permettent ainsi de faire face aux dépenses courantes de l'activité (salaires, loyers, etc.).

Ce sont des crédits d'une durée inférieure à 1 an qui :
petit_carre.gif peuvent être reconduits chaque année par la banque si la situation financière de l'entreprise le permet
petit_carre.gif ou être remis en cause par le banquier dans un délai très bref

On distingue principalement :

les crédits de trésorerie : facilité de caisse, découvert, crédit de campagne,
les crédits de mobilisation de créances : escompte, cession Dailly, affacturage.


 Les crédits de trésorerie

  petite_puce.gifLa facilité de caisse

triangle.gifObjet : couverture des décalages ponctuels et limités dans le temps entre des dépenses et des recettes  relevant du cycle normal d'exploitation (décalage entre la vente et le paiement du client par exemple).

triangle.gifForme : contrat écrit d'autorisation de découvert précisant ses conditions d'utilisation : durée (inférieure à 15 jours), montant et taux d'intérêt

 triangle.gifCoût : versement d'intérêts proportionnels à la somme utilisée et à la durée du découvert. Généralement le taux est variable et dépend de la marge prise par l'établissement bancaire.

 Attention : le compte doit redevenir créditeur au moins 15 jours par mois

petite_puce.gif Le découvert autorisé

triangle.gifObjet : couverture des décalages dans le temps entre des dépenses et des recettes relevant du cycle d'exploitation (décalage entre le paiement des charges fixes et la réception d'un versement de client par exemple)

triangle.gifForme : contrat écrit d'autorisation de découvert précisant ses conditions d'utilisation : durée, montant (déterminé par les besoins d'exploitation) et taux d'intérêt

 triangle.gifCoût : versement d'intérêts proportionnels à la somme utilisée et à la durée du découvert. Les décomptes sont trimestriels et les agios (intérêts) font l'objet d'une facturation détaillée

triangle.gifDurée : L'autorisation de découvert n'a pas d'échéance fixe. Toutefois la banque peut résilier le contrat à tout moment à condition de vous en donner les raisons et de respecter un préavis de 60 jours (loi n°2009-1225 du 19 octobre 2009)

Attention : la banque est vigilante sur la situation financière de l'entreprise lors de l'octroi d'une autorisation de découvert pour ne pas être accusée de financer abusivement des entreprises défaillantes.

 petite_puce.gif Le crédit de campagne

 triangle.gifObjet : couverture de l'activité saisonnière de certaines entreprises. Ce crédit permet de répondre aux besoins de trésorerie de l'entreprise dont l'activité de vente annuelle n'a pas encore débuté.

triangle.gifForme : contrat écrit  précisant les conditions d'utilisation : durée, montant, taux d'intérêt et mode de remboursement

 triangle.gifCoût : versement d'intérêts proportionnels à la somme utilisée et à la durée du crédit.  L'entreprise peut commencer à rembourser dès lors qu'elle perçoit ses premières rentrées de fonds à la suite des ventes.

Attention : Pour le banquier il s'agit d'un crédit très risqué puisqu'il est fondé sur une vente future (donc hypothétique) des marchandises. Il peut donc demander le nantissement du stock de marchandises en garantie.


grosse_puce.gif Les crédits de mobilisation de créances

petite_puce.gifL'escompte

triangle.gifObjet : anticiper une recette par une avance immédiate réalisée par l'établissement bancaire. Dans la pratique, la banque achète la créance détenue par l'entreprise sur un (ou plusieurs) client(s).

 triangle.gifForme : ce crédit se matérialise sous la forme d'un effet de commerce (généralement une lettre de change), signé pour acceptation par le client,  et payable à l'échéance de la dette inscrite sur le document. L'acceptation rend le tiré (le client) irréversiblement débiteur du paiement de cette traite.
Si besoin est, la banque avance la somme (diminuée des agios correspondant au délai restant jusqu'à l'échéance) si l'entreprise a conclu avec elle un contrat de ligne d'escompte. La banque devient alors propriétaire de la traite.

triangle.gifCoût : la banque prélève différents frais :
petit_carre.gif des intérêts (agios) sur la période entre le dépôt à la banque et l'échéance,
petit_carre.gif des commissions pour la remise du bordereau d'escompte (récupitulatif des effets remis), 
petit_carre.gif une commission par nombre d'effets remis dans le même bordereau

Attention : En cas d'impayé, la banque peut se retourner contre son remettant (l'entreprise) en le débitant ou poursuivre le tiré (le client).

 petite_puce.gifLa cession Dailly

triangle.gif Objet : le même que celui de l'escompte, c'est-à-dire anticiper une recette par une avance immédiate réalisée par l'établissement bancaire.
Mais à la différence de l'escompte, le transfert de propriété se fait sans l'intervention du client (qui peut ne pas avoir connaissance de ce transfert s'il n'a pas reçu de notification). L'avantage pour l'entreprise réside dans le gain de temps (prédemment lié à l'attente de l'acceptation de la créance de son client dans le cas de l'escompte).
Par ailleurs cette forme de crédit est accessible aux entreprises qui ne peuvent tirer des traites sur leurs clients (entreprises publiques ou para-publiques par exemple)

triangle.gifForme : remise d'un bordereau (dit Dailly) comprenant les mentions suivantes :
petit_carre.gif la mention "acte de cession de créance professionnelle"
petit_carre.gif la date
petit_carre.gif la signature du cédant
petit_carre.gif la nature de l'opération
petit_carre.gif la liste des créances (avec la dénomination de chaque client)

triangle.gifCoût : versement d'intérêts (calculés sur la période couvrant le transfert à l'échéance) et de commissions

petite_puce.gif L'affacturage

triangle.gifObjet : le même que celui de l'escompte et de la cession Dailly, c'est-à-dire anticiper une recette par une avance immédiate permettant de récupérer de la trésorerie. 
Toutefois, dans le cas de l'affacturage, la cession se fait auprès d'une société spécialisée appelée "factor" qui achète la créance et se charge elle-même deson recouvrement

triangle.gif Forme : contrat d'affacturage signé entre l'entreprise et le factor qui fixe le cadre de cession des factures. La remise des factures à l'organisme se fait au fur et à mesure de leur émission par l'entreprise.Avant la signature le factor analyse ses risques et demande,  pour chaque client :
petit_carre.gif ses coordonnées
petit_carre.gif son numéro Siret
petit_carre.gif le montant de son encours dans l'entreprise

triangle.gif Coût : le factor prélève :
petit_carre.gif une commission d'affacturage (correspondant à ses frais de gestion et incluant ses frais de relance et recouvrement éventuels)
petit_carre.gif une commission de financement (correspondant à l'avance de trésorerie consentie). Cette commission prend la forme d'un taux.
petit_carre.gif une participation à un fond de garantie pour couvrir le risque d'impayé sous forme d'un pourcentage du montant des factures.

bon_a_savoir.gifL'assurance-crédit est un service proposé par le factor permettant aux entreprises de se protéger du risque d'insolvabilité de leurs clients sans utiliser le service de financement des factures. Ce service peut aussi comprendre la gestion des impayés.

petite_puce.gif L'affacturage inversé (ou reverse factoring)

Ce crédit utilise la même démarche que l'affacturage classique mais au lieu d'être issu de l'initiative du fournisseur mobilisant ses créances clients, il est de l'initiative du client directement qui propose l'affacturage à ses fournisseurs. Ces derniers choisissent les factures qu'ils souhaitent mobiliser. 


  Autres crédits à court terme

Il existe d'autres formes de crédit finançant les besoins de l'exploitation :
petit_carre.gifle crédit de préfinancement de marchés publics,
petit_carre.gifles avances sur marchandises (crédit sur stock gagé),
petit_carre.gifla mobilisation de créances nées sur l'étranger,
petit_carre.gifles crédits par signature (ex. : caution bancaire pour marché public ou privé), etc.

A signaler la formule Avance Plus  d'Oséo

  Pour aller plus loin, lire l'interview d'Olivier Robert sur la prévention des problèmes de trésorerie.

bon_a_savoir.gifSi votre entreprise rencontre des difficultés dans l'obtention de crédits bancaires ou dans le maintien de lignes de crédit existantes, vous pouvez saisir en ligne le médiateur du crédit. L'ancien médiateur René Ricol explique quel est son rôle au cours d'une interview accordée à l'APCE.


Mai 2013

les différents crédits courts termes
Bonjour, je vous invite, pour compléter cette page très intéressante, à voir cet article comparant les différentes formes de crédit court terme au regard de l'affacturage :
http://www.e-affacturage.fr/avis/credit-financement-court-terme-et-affacturage.html
Posté par e-affacturage, 24/01/2012 13:01
© Agence Pour la Création d'Entreprises (APCE)