En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. En savoir plus

Le seuil de rentabilité

Le seuil de rentabilité  
Envoyer à un amiAjouter à ma malletteImprimerVersion PDF


  Définition

Le seuil de rentabilité correspond au niveau de chiffre d'affaires au-delà duquel l'entreprise commence à réaliser un bénéfice.

Il s'agit donc du niveau d'activité qui permet, grâce à la marge réalisée (différence entre le niveau des ventes et les charges variables découlant implicitement du chiffre d'affaires) d'avoir les moyens de payer toutes les autres charges de l'exercice, c'est-à-dire les charges fixes.
Les charges variables sont également appelées "charges opérationnelles" tandis que les charges fixes sont qualifiées aussi de "charges structurelles".


  Comment le calcule-t-on ?

Pour calculer le seuil de rentabilité, il faut :

 1 - Répartir l'ensemble des charges de l'exercice en deux catégories :

triangle.gif les charges fixes : ensemble des dépenses que l'on doit obligatoirement assumer, que l'on vende ou que l'on ne vende pas. Par exemple : loyer du local commercial, salaires, charges sociales, primes d'assurance, honoraires de l'expert- comptable...

triangle.gif les charges variables : dépenses découlant automatiquement du niveau des ventes. Ce sont essentiellement les approvisionnements correspondant au chiffre d'affaires réalisé, les frais de transport sur achats et/ ou sur ventes, le commissionnement versé sur les ventes...

2 - Calculer la marge sur coûts variables : Montant prévisionnel des ventes -  charges variables entraînées automatiquement par ces ventes.

3 - Traduire cette marge en pourcentage de chiffre d'affaires pour obtenir le taux de marge sur coûts variables :  
(marge sur coûts variables /chiffre d'affaires) X 100.

4 - Obtenir le seuil de rentabilité (exprimé en monnaie) : charges fixes / taux de marge sur coûts variables

Dès que les ventes dépasseront le montant du seuil de rentabilité, l'entreprise commencera à dégager des bénéfices.
C'est donc un bon indicateur pour vérifier la faisabilité du projet, car on peut le traduire concrètement en nombre d'heures à facturer, en nombre d'articles à vendre en moyenne par jour (ou par semaine), etc.

Exemple : si je veux lancer une activité de vente de survêtements de sports sur les marchés forains, il est très utile que je sache (après calcul en fonction de mon projet) qu' il me faudra, en moyenne, vendre au moins 10 survêtements par jour de marché, pour ne pas faire de pertes.


Calcul du seuil de rentabilité

Chiffre d'affaires prévisionnel HT

 

Charges variables

 

Chiffre d'affaires - charges variables = marge sur coûts variables

 

Marge sur coûts variables / chiffre d'affaires = taux de marge sur coûts variables

 

Charges fixes / taux de marge sur coûts variables = seuil de rentabilité

 
attention.gif Ne pas confondre le "seuil de rentabilité" avec le "point mort". Les deux sont issus du même concept mais le premier s'exprime en niveau de chiffre d'affaires (en monnaie) alors que le second s'exprime en temps (nombre de jours, de mois ou d'années nécessaires pour être rentable).

Décembre 2014

c'est parfait
c'est du bons sens ,c'est bien expliqué ,cela devrai faire parti des cours de base obligatoire quelque soit le cursus
Posté par vae, 23/10/2014 09:51
merci et bravo
MERCiii. Mais pourquoi ne vous ai-je pas eu comme prof de gestion à mes heures de fac?? Vraiment clair et agréable dans le style, bravo.
Posté par cougouar, 27/09/2014 18:36
© Agence Pour la Création d'Entreprises (APCE)