Plan de financement à 3 ans

Plan de financement à 3 ans  
Envoyer à un ami Ajouter à ma mallette Imprimer Version PDF

Une bonne structure financière est un gage de pérennité pour une nouvelle entreprise.
Plus l'entreprise disposera de ressources financières stables en réserve, mieux elle fera face aux aléas de son activité.  

Il peut être donc utile de projeter l'activité de l'entreprise sur les 3 années qui suivent sa création : c'est l'objet du plan de financement à 3 ans. 
Cette projection  permet d'anticiper les besoins en financement possibles en fonction d'hypothèses de croissance réalistes.

attention.gif Le plan de financement à 3 ans n'est qu'une construction à partir d'hypothèses : il est rare qu'il devienne une réalité.


grosse_puce.gif Comment se présente-t-il ?

Il se présente en deux parties comme le plan de financement initial :

une première partie qui recense, pour chaque année (ou exercice), les nouveaux besoins durables de l'entreprise qui doivent apparaître au cours de cet exercice,

une deuxième partie qui recense toutes les nouvelles ressources stables qui interviennent sur ce même exercice.

Ce tableau intéresse tout particulièrement le banquier car il permet de définir avec précision le montant des ressources nécessaires à l'entreprise pour financer son programme d'investissements ainsi que son cycle d'exploitation.


 Construction du plan de financement à trois ans

Pour construire ce tableau prévisionnel, le créateur devra :

  Pour l'année 1

Dans la colonne "besoins" :

petit_carre.gif reprendre le contenu du plan de financement initial,

petit_carre.gif reporter le montant en capital (pas les intérêts car ils sont à imputer au compte de résultat) des emprunts qui sera remboursé sur le premier exercice,

petit_carre.gif pour les entreprises individuelles : indiquer les prélèvements de l'exploitant qui seront effectués au titre de sa rémunération.

 attention.gif  Le cas de l'exploitant d'une entreprise individuelle est particulier car ses revenus correspondent aux bénéfices dégagés par celle-ci. Or, dans le calcul de la CAF (capacité d'autofinancement), les prélèvements de l'exploitant ne sont pas défalqués, il est donc impératif de corriger la CAF en indiquant le montant de ces prélèvements annuels dans la partie besoins.

Dans la colonne "ressources" :

petit_carre.gif reprendre dans la partie ressources les éléments du plan de financement initial

petit_carre.gif indiquer le montant de la capacité d'autofinancement (CAF) qui se calcule de la manière suivante pour les entreprises en création :

CAF = bénéfices après impôts + dotation aux amortissements

A noter : selon les banquiers, il est nécessaire que, pour la première année, les ressources excèdent les besoins d'un montant représentant au moins 15 à 20 % du montant de la CAF. Cet excédent doit s'accentuer les années suivantes.


  Pour les années 2 et 3

Il ne faudra prendre en compte que les seuls éléments nouveaux apparus dans les besoins ou les ressources durables au cours de chaque exercice respectif.

Dans la colonne "besoins" :


petit_carre.gif placer le montant des investissements qui sembleraient nécessaires pour le développement de l'entreprise : nouveaux matériels (achat d'un nouveau véhicule par exemple) , nouveaux équipements, etc.

petit_carre.gif indiquer l'accroissement du BFR (Besoin en fonds de roulement) provoqué par une augmentation du volume d'activité (plus de stock, plus de clients)


petit_carre.gif reporter le remboursement annuel des emprunts : tout comme en année 1, on indique ici le capital des emprunts remboursés au cours de l'année en question,

petit_carre.gif pour les entreprises individuelles : indiquer les prélèvements de l'exploitant qui seront effectués en années 2 et 3,

petit_carre.gif pour les sociétés de capitaux, les associés perçoivent une part des bénéfices de l'entreprise sous la forme de dividendes à inclure

Dans la colonne "ressources", indiquer :

petit_carre.gif les éventuelles augmentations de capital envisagées (concernent surtout les entreprises à croissance rapide comme les startups)

petit_carre.gif le montant des apports prévus par les associés dans les comptes courants d'associés

A noter : lorsqu'un prêt bancaire est nécessaire, le banquier impose généralement le blocage des comptes courants d'associés pendant la durée du prêt, ceci afin éviter l'affaiblissement de la structure financière de l'entreprise.

petit_carre.gif le versement des primes et subventions subventions

petit_carre.gif le montant de la CAF résultant des années 2 et 3,

petit_carre.gif le montant des emprunts bancaires et autres emprunts

 
 grosse_puce.gif Modèle de plan de financement à 3 ans 

Besoins durables

N

N+1

N+2

Ressources durables

N

N+1

N+2

petit_carre.gif Programme d'investissements HT

BFR

Augmentation du BFR

Remboursement annuel des emprunts

Prélèvement de l'exploitant (si entreprise individuelle)

Dividendes distribués (si société)

















Fonds propres
(Apport personnel ou Capital social)


Comptes courants
d'associés

Primes - subventions

Capacité d'autofinancement

Emprunts bancaires à moyen ou long terme

Excédent

Voir dans la partie "formulaires et outils" un  modèle de tableau en format excel


Août 2013

© Agence Pour la Création d'Entreprises (APCE)