Témoignages

Témoignages  
Envoyer à un ami Ajouter à ma mallette Imprimer Version PDF

Etudiants et chefs d'entreprise : un pari réussi !

invites_janvier.gif Emeric Desmarchelier et Lauriane Gérard
http://www.net-loisirs.com

CV : Emeric Desmarchelier et Lauriane Gérard, deux jeunes étudiants en école de commerce à Lille respectivement âgés de 21 et 20 ans, ont créé en 2005 un site internet de commerce en ligne discount dédié au modélisme.

Interview :

Comment vous est venue l'idée de créer un site de vente en ligne de modélisme discount ?

Au départ il y a une passion pour le modélisme et puis l'envie d'appliquer concrètement ce que nous apprenions et apprenons toujours en école de commerce. Emeric pratique le modélisme depuis plusieurs années. Sur Internet, tous les secteurs disposaient de sites discount : le multimédia, les voyages' A côté de cela, le secteur du modélisme était occupé par des entreprises qui multipliaient les intermédiaires.
Nous nous sommes dit qu'il y avait certainement une place à prendre sur ce marché. Nous avons donc pris contact directement avec des fournisseurs à l'étranger. Aujourd'hui, nous importons nos produits sans intermédiaires ce qui nous permet de proposer des prix parmi les plus bas du marché. C'est ainsi qu'est né Net-loisirs.

Réussissez-vous à gérer vos études et votre entreprise ?

Nous sommes tous les deux en troisième année d'école de commerce. Ce type d'études requiert une certaine quantité de travail. Pour pouvoir tout gérer au mieux, notre volume horaire est important. Nos journées commencent vers 8h00 pour se terminer vers 22h00.
De plus, nous devons faire un certain nombre de choix. Par exemple, nous avons la possibilité de partir un an à l'étranger dans une université partenaire, mais pour assurer la gestion et le développement de notre entreprise, nous avons choisi de rester en France. Nous avions pensé un moment arrêter notre activité pour pouvoir partir, mais mettre fin à cette aventure nous semble être une erreur.
Saisonnalité oblige, les fêtes de fin d'année sont particulièrement difficiles pour nous. Le nombre de commandes étant élevé, nous ne pouvons assister à tous les cours.

Quelle a été la réaction de vos camarades de classe et de vos professeurs ?

Dans l'ensemble, la majorité d'entre eux nous encourage mais nous n'en parlons pas beaucoup. Nous sommes relativement discrets sur notre activité. Nous l'évoquons déjà beaucoup à deux, alors en groupe nous préférons penser à autre chose.

Avez-vous bénéficié d'aides extérieures ? (professeurs, école, amis...)

Nous sommes tout d'abord soutenus par nos parents, qui n'hésitent pas à nous donner de précieux conseils. Les professeurs à l'école nous aident également beaucoup. Nous pensons notamment aux professeurs de droit, de comptabilité ou de finance, qui répondent à toutes nos questions. Nous sommes encore jeunes et peu aguerris au monde de l'entreprise. Nous restons donc à l'écoute des conseils de personnes plus expérimentées.

En combien de temps avez-vous monté votre projet ?

A partir du moment où nous avions l'idée, il ne nous a pas fallu beaucoup de temps pour "faire le grand saut". Nous nous sommes lancés très vite. Il nous a fallu environ 3 mois entre les premiers contacts avec les fournisseurs et le lancement du site. D'ailleurs les nombreuses sources documentaires sur internet, et notamment le site internet de l'APCE, nous ont beaucoup aidés dans nos démarches. Notre activité a réellement commencé en septembre 2005.

Quel a été l'investissement financier de départ ?

Nous avons eu la chance de ne pas avoir besoin de capitaux très importants : nous n'avons ni employé, ni magasin. Notre stock de départ était également réduit. Nous avons chacun apporté 1 000 euros de capital, et avons mis 2 500 euros supplémentaires en compte courant d'associés. Cette somme d'argent nous a permis, dans un premier temps, de réaliser notre site internet puis d'assurer les premières commandes auprès de nos fournisseurs.

Justement comment avez-vous trouvé vos fournisseurs ?

Au départ nous avons repéré des vendeurs sur e-bay (le site internet de vente entre particuliers) et nous les avons contactés directement. Comme ils sont à l'étranger nous échangeons en anglais. Notre premier contact s'est avéré payant car nous travaillons toujours avec lui. Par la suite, nous avons un peu élargi le nombre de nos fournisseurs. Nous commandons les pièces détachées et certains modèles directement à une usine en Chine. Tout se passe pour le mieux. Nous sommes très satisfaits de la qualité des produits et de la relation que nous avons tissée avec nos fournisseurs.

Travailler avec des fournisseurs à l'étranger, est-ce difficile ?

Non pas du tout, c'est même très simple. Tout se passe par internet. Lorsque nous devons passer commande à nos fournisseurs, nous leur envoyons un mail en leur précisant ce dont nous avons besoin. Nous nous faisons livrer rapidement. Le transport se fait soit par bateau, soit par avion, en fonction du volume commandé. Toutefois, nous essayons de plus en plus de commander des volumes importants pour éviter la rupture de stock et pour bénéficier de prix plus intéressants.

Bénéficiez-vous de délais de paiement ?

Au début non. Les fournisseurs ne nous connaissaient pas et nous n'avions pas de visibilité sur notre activité. Il était donc normal de payer à la commande.
Aujourd'hui les choses sont un peu différentes : notre activité se développe rapidement, nos commandes sont plus importantes et nous avons toujours honoré nos paiements. Un lien de confiance s'est donc installé après plusieurs mois de collaboration, et nous bénéficions depuis peu de délais de paiement.

Est-ce difficile de mettre en place un système de paiement en ligne ? Comment avez vous fait ?

Non pas du tout. Nous avons dans un premier temps utilisé la solution Paypal, puis nous avons rapidement démarché notre banque pour mettre en place un système de paiement en ligne plus adapté à nos besoins.

Qui sont vos clients ?

Nous ne ciblons actuellement que les particuliers. 95% de nos clients sont des hommes âgés d'une quarantaine d'années. Notre activité est essentiellement nationale, ce qui ne nous empêche pas de vendre dans d'autres pays de l'Union européenne. Toutefois, pour le moment ces ventes restent anecdotiques mais nous comptons bien les développer. Nous travaillons d'ailleurs sur une version anglaise de notre site.


Quelle est la répartition des tâches au sein de l'entreprise ?

Elle s'est faite naturellement, en fonction de nos compétences : Emeric répond aux mails des clients et gère le site Internet, Lauriane s'occupe de tout ce qui est communication (envoi de newsletters, publicité').
Pour le reste, nous travaillons ensemble, en amont comme en aval : approvisionnements, préparation des commandes, formalités administratives... Depuis Septembre 2006, cette tâche étant devenue trop lourde, un expert comptable prend en charge la comptabilité. Parallèlement, nous faisons appel à des prestataires pour les points plus techniques comme le référencement et l'amélioration du site.

Quels moyens avez-vous utilisés pour vous faire connaître ?

Nous n'avons pas réalisé de plan de communication. Nous avons dans un premier temps travaillé notre visibilité sur internet à travers l'achat d'espaces publicitaires et de liens commerciaux. Nous avons également utilisé d'autres méthodes telles que les communiqués de presse, mais cela a peu fonctionné, ou bien encore la distribution de "flyers" lors du salon du modélisme à Paris. En fait nous communiquons en fonctions des opportunités qui se présentent.

Votre jeune âge vous a-t-il handicapé ?

Pour ce qui est des formalités de création et des relations avec les fournisseurs, cela ne nous a pas du tout gêné. Après tout, nous restons des clients aux yeux de ces derniers, et un client est un client !
Par contre, cela peut poser problème pour les relations que nous entretenons avec nos clients. Certains peuvent considérer que nous manquons d'expérience. Nous considérons au contraire cela comme un atout : nous sommes disponibles, réactifs, et surtout très à l'écoute.

Avez-vous atteint vos objectifs de départ ?

Nous les avons même dépassés ! En nous lançant, nous voulions avant tout acquérir de l'expérience, gagner en maturité et en autonomie. Sur le plan financier, nous avons quadruplé le chiffre d'affaires prévisionnel en un an seulement. Nous sommes d'ailleurs nous mêmes surpris du succès de notre activité. Nous avons élargi progressivement la gamme et proposons aujourd'hui plus de 600 références.

Votre activité est-elle rentable ?

Oui. Les marges augmentent constamment car nous sommes sans cesse à la recherche de la meilleure source d'approvisionnement et commandons toujours en plus grosse quantité. Nous répercutons au maximum l'économie réalisée sur les prix, pour qu'ils soient les plus bas du marché.

Quels sont vos atouts ?

Nous nous concentrons sur la qualité de notre service après-vente et de nos conseils avant achat : notre objectif est d'avoir 100 % de clients satisfaits. Parallèlement, nous portons une attention particulière à l'emballage des envois, ainsi qu'à la rapidité de traitement des commandes.
Nous avons conclu un partenariat avec Cofidis et proposons à nos clients un paiement en 3, 5, 10 et bientôt 20 fois. La procédure de commande est à peine plus longue qu'avec un paiement classique par carte bancaire et l'expédition de la commande se fait sans délai supplémentaire.

Quels sont vos projets à l'avenir ?

Nous souhaitons ouvrir un magasin d'ici 1 à 2 ans et engager du personnel. Par ailleurs, nous voulons étendre notre activité "100% Internet" à la vente par correspondance en général, utiliser tous les canaux de distribution disponibles, et pourquoi pas proposer nos produits aux détaillants de modélisme.


Propos recueillis en novembre 2006 par Nicolas Belnou


Les conseils de Lauriane et Emeric

Ayez confiance en vous, n'ayez pas peur de foncer ! Surtout dans ce
genre d'activité, l'apport financier et donc les risques restent réduits.
Soignez vos clients ! Ce sont eux qui décideront de votre avenir.
Etudiez votre couverture sociale, en particulier pour les étudiants qui peuvent disposer d'un statut avantageux.
N'hésitez pas à négocier les frais bancaires.
Si vous le pouvez, évitez de vous rémunérer dès le début et de vous
distribuer des dividendes.
Réinvestissez ces sommes dans le développement de votre entreprise.


Pour obtenir des informations sur le commerce en ligne : se reporter à la rubrique "informations sectorielles"

02/01/2007


© Agence Pour la Création d'Entreprises (APCE)